AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 21ème siècle, un monde d'avenir ?

Aller en bas 
AuteurMessage
Feel
Damné
avatar

Nombre de messages : 19
Localisation : Paris
Date d'inscription : 02/10/2005

MessageSujet: 21ème siècle, un monde d'avenir ?   Dim 2 Oct - 17:00

Nul besoin de le cacher plus longtemps, le monde va mal, et nous avec. Crises économiques, maladies mortelles, criminalité en hausse, laxisme de toute forme d’éducation, incitations à la faute de plus en plus fréquentes et abrutissement général des foules ne sont que quelques uns des facteurs qui peu à peu, nous poussent vers le chaos. Et le pire dans tout ça ? La masse populaire semble s’en foutre royalement et ne voit pas que nous courrons irrémédiablement à notre perte. Ce n’est plus qu’une question d’années…

Quand on était petit, on regardait les films nous présentant le 21ème siècle comme une utopie, un monde merveilleux dans lequel nous cohabitions avec des robots, où les voitures volaient et tous les criminels croupissaient dans des prisons de sécurité maximum, en plein manhattan. Malheureusement, c’est là qu’on voit que tous les auteurs n’ont pas eu le talent divinatoire d’un HG Wells ou d’un Jules Verne, puisque le 21ème siècle ressemble plus à une bonne grosse fosse sceptique qu’à un joli paradis fleuri. Quelles sont les raisons du déclin de plus en plus rapide de l’humain que l’on s’autorise à qualifier de « civilisé », et est-il encore temps d’endiguer cette épidémie de lobotomie qui risque fort d’emporter la race humaine d’ici peu ? Mon but ici n’est pas d’y répondre, mais de pousser un bon gros coup de gueule à l’encontre du peuple qui dort et qui se rend donc coupable du plus grand génocide que cette terre aie connu : l’extermination par abrutissement de masse. Et si l’on ne fait rien très vite, il se pourrait bien que l’on se retrouve rapidement à vivre comme au moyen âge, mais armés d’après shampooing à effet auto lissant, parce qu’on le vaut bien.

L’un des premiers facteurs abrutissants aujourd’hui ? La publicité et la surconsommation. La publicité provoque chez les esprits faibles un désir de surconsommation exacerbé. Dés lors, on achète ce dont on a pas besoin ni envie, juste pour coller à une quelconque tendance, pour entrer dans le moule, parce que le moule c’est bien, être différent, c’est mal. Nous sommes arrivés à un point ou il faut attendre le 14 février pour pouvoir faire un cadeau à la personne aimée. Et bien sûr, même si cet homme fait régulièrement des cadeaux à sa femme, il devra tout de même lui en faire un le jour de la fête des commerçants… pardon de la saint Valentin, sous peine d’être montré du doigt par tous comme un mauvais valentin qui n’aime pas sa valentine. La publicité vous le dit, ou du moins elle vous le fait comprendre : Consommez si vous voulez aimer et être aimé mes frères. L’amour est devenu matériel et aujourd’hui on aime mieux quand on est riche… et beau.
Alors l’homme, devenu vulgaire consommateur sans visage, n’est rien de plus qu’un outil de vente. Les marques de fringues s’affichent de plus en plus gros sur les fringues et pourquoi selon vous ? Pour faire de vous des vitrines gratuites ! Mais le consommateur s’en fout, car avec son pull Nike à 120€, il n’a pas eu froid cet hiver. Son voisin non plus n’a pas eu froid, même s’il n’avait qu’un pull sans marque à 9,90€, mais c’est un sale pauvre, il a juste eu de la chance dans son malheur. Le consommateur se rassure, met son survet’, sa polaire et part faire les courses. Et lorsqu’il fait les courses, le gentil consommateur achète bien plus que ce dont il a réellement besoin, laissant ses mains le guider vers des produits dont il a vu des publicités blindées d’images subliminales lui vanter les mérites, pendant les cinq minutes de publicité salvatrice, venues le sortir de son coma provoqué par son programme de télé réalité favori… Il consomme, surconsomme et succombe à une addiction qui finit par doubler régulièrement le montant qu’il doit régler à la jolie caissière qui n’attend qu’une chose, terminer son service pour passer à son cours de chant, avant d’aller voir son psy. «Rester assise à une caisse à passer des articles toute la journée c’est nul» se dit elle, mais quand elle sera une chanteuse au talent indéniable comme Céline Dion ou Laam (sarcasme), «ce sera mieux». Ben ouais, parce qu’une vie pleine de paillettes c’est tout de même mieux qu’un boulot minable que tout le monde peut faire…
Si vous avez acquiescé à cette dernière phrase, sachez que vous venez de vous rendre complices d’un des plus grands fléaux de notre ère : la sublimation du mensonge.

A l’instar de notre gentille caissière, bien des gens veulent à tout prix leur quart d’heure de gloire et sont prêts à tout pour passer ne serait-ce qu’un instant dans la petite boite que l’on appelle télévision. Même s’ils doivent céder pour cela leur droit à l’image. Et alors ils deviennent la gloire de la famille, celui qui «est passé à la télé». On ne parle plus que de ça pendant deux bonnes semaines et hop, retour à l’anonymat le plus total. Dur dur pour monsieur ou madame Tout-le-monde de se dire que l’on n’est pas Monica Belluci ou Gerard Depardieu.
Il est dramatique de voir à quel point certaines personnes en sont réduites à une sorte de prostitution de leur image ou de leurs valeurs, juste pour gagner un chèque ou un micro-ondes dans un jeu télévisé à la con. Impressionnant aussi de voir à quel point les concepts «populaires» plaisent. Depuis des années que la masse est maintenue endormie, le cerveau de groupe a grandement régressé, et la masse dort tranquillement, d’un sommeil léthargique. Pas étonnant alors que personne ne s’inquiète du déclin de la race humaine, la majorité des gens étant devenus trop mous du bulbe pour s’en rendre compte. Et puis le peuple se fout bien d’être manipulé, il a la télé réalité pour lui tenir compagnie lors de ses interminables soirées d’une effrayante monotonie, durant lesquelles il caresse non pas son chat, mais l’espoir de pouvoir lui aussi, un de ces jours, «passer à la télé» et y montrer sa tronche de con, si possible sur TF1, cette chaîne qui a tant fait pour notre culture. Dés lors, les personnes qu’il aimerait le plus rencontrer sont les Arthur et autres Castaldi, que s’ils ont un jour l’immense honneur de rencontrer en faisant les courses, affublés de leur survêtement favori, aux couleurs de leur équipe de foot et tongs dépareillées, ils se précipitent en parlant fort, les touchent (comme pour s’assurer que les gens de la télé sont aussi faits de chair et d’os) et leur font une éloge d’un pathétisme navrant. En général, le people, gêné plus par le fait d’avoir été touché par une classe moyenne aux mains non manucurées que par le fait d’avoir été reconnu (vous en connaissez beaucoup vous, des gens qui font les courses cachés derrière d’énormes lunettes noires ?), se sent tout crétin, esquisse un sourire et s’en va sans même chercher à savoir s’il gagne 10 ou 20 fois plus que le badaud venu lui montrer son admiration…

Parfois, bien que les gens rêvent de célébrité, ils n’y parviennent pas. Faute de talent, de physique, de charisme ou de relations, certains d’entre eux ne s’avouent pas vaincus pour autant. Non car ils ont un plan diabolique, certain de fonctionner : ils font un enfant. Et quand cet enfant parvient à marcher et à parler tout seul (et parfois bien avant cette période), ils commencent le formatage.
Quand les gens ne peuvent être eux-mêmes célèbres (dieu que ce mot m’horripile), certains vivent donc leur rêve par procuration. On trouve alors des gros cons qui poussent leur gamine de sept ans à participer à des castings ou des concours de beauté (alors que la petite voudrait juste jouer avec ses copines), dans l’espoir que, si elle devient un jour un mannequin connu, ils puissent dire partout «c’est ma fille ! C’est grâce à moi qu’elle en est là aujourd’hui !», n’ayant aucune idée que leur tendre bébé a du coucher à 15 ans pour obtenir une première page de magazine, qu’elle est droguée, alcoolique et boulimique vomisseuse depuis ses 17 ans et call girl depuis sa majorité. Non eux, ce qu’ils verront, c’est leur fille dans les magazines et à la télé. Et le jour ou elle fera une overdose, ils iront blâmer le métier ou qui que ce soit au lieu de regarder la vérité en face : ils ont tué leur fille alors qu’elle n’avait que sept ans.

Mais tout le monde n’a pas le mauvais goût de priver ses enfants d’une enfance digne de ce nom. Non, d’autres personnes vivent leur célébrité par procuration à l’aide de torchons infâmes relatant les moindres faits et gestes des people que tout le monde semble adorer. Johnny a peloté son attachée de presse, voici qu’on vous le raconte dans un de ces magazines. Brad Pitt et Jennifer Aniston c’est fini ? Oh la ! Faut pas louper ça, tout est détaillé dans cet autre recueil de pages mal écrites… Et vous savez quoi ? Les gens adorent ! Et pas seulement la ménagère de 40 de 60 ans qui passe 2 heures par semaine chez le coiffeur, mais c’est bel et bien un bon gros 90% de la population qui lit ces choses et les commente. Ah ben oui, ils les commentent, parce que sinon c’est pas marrant. Lire que Florent Pagny doit de l’argent au Fisc sans pouvoir en parler à sa voisine, vous imaginez la torture ? Autant regarder l’intégrale de la saison 2 du Loft si l’on veut vraiment se faire mal au cerveau de façon définitive… Non, les gens ont besoin d’en parler, d’en discuter sur le pallier, dans l’ascenseur, au bureau devant la machine à café… Les ragots, ils adorent ça ! Et encore plus si ça dénigre le voisin. Alors là, c’est comme un bon gros pot de Hagen Daaz qui ne ferait pas grossir, ils n’en peuvent plus et gobent tout ce qu’il leur est possible d’avaler, peu importe que ce soit vrai ou pas.
D’autant plus que lorsqu’on rabaisse quelqu’un, ben automatiquement, ça nous regonfle, l’ego fonctionnant avec le même principe que les vases communiquant. On augmente le notre en diminuant celui d’à coté.

Le besoin d’exister est tel qu’aujourd’hui, les gens préfèrent se suicider en se jetant sur les rails du RER que tout seuls chez eux, influant de la sorte sur la vie de tous les passagers du train qui vient de leur passer dessus… Ca leur donne l’impression d’exister, alors qu’ils viennent juste de quitter l’existence. Paradoxe terriblement humain que celui d’être prêt à renoncer à la vie pour lui donner un sens. Et puis la mort devrait être, à l’instar d’une naissance, un moment d’extrême intimité, une chose qui ne se partage pas. L’idée alors de partir de façon aussi grotesque qu’en se jetant sous un train ou du haut d’une tour retire tout honneur à la vie vécue, à tel point que c’en est presque malsain. Alors bien sûr, certains vous diront que c’est le mal actuel, que les gens se suicident parce qu’ils ne se sentent pas aimés… Mais alors, pourquoi ne pas faire ça seuls, dans l’intimité, en respect avec soi-même, plutôt qu’aux yeux d’un monde qui n’a auparavant prêté aucune importance à ces personnes blessées d’être trop quelconques ? Pourquoi ne pas se faire remarquer de son vivant ? Est-il si compliqué de vivre en société alors que c’est ce que nos gènes nous poussent inexorablement à accomplir ? Et puis, on nous dit que le suicide est un appel à l’aide… C’est d’un ridicule… Quelle aide peut-on vous apporter lorsque vous pendez à une corde depuis plusieurs heures, toute vie ayant quitté votre corps ?
N’oublions pas que nous ne sommes pas maîtres de notre naissance ou de notre vie, alors pourquoi chercher à être maîtres de notre mort ?

En même temps, c’est vrai qu’en ce début de 21ème siècle, il ne fait pas bon être vivant, c’est devenu un métier à risque. Lorsqu’on voit tous les éléments qui se mettent en branle pour nous exterminer, on se dit qu’on survit plus qu’on ne vit. Cancers de plus en plus fréquents et frappant de plus en plus fort, apparitions de maladies «de laboratoire» et dont aucun vaccin n’est connu (le SIDA en tête de liste), pollution extrême, nourriture empoisonnée par des pesticides et autres conservateurs, couche d’ozone en perpétuelle désintégration ou encore vainqueurs de la Star Ac’ qui passent à la radio ne sont que quelques uns des facteurs qui s’évertuent à nous empêcher de vivre correctement nos vies de parfaits consommateurs modèles. En plus, pour ne pas être perdus dans cette jungle sans pitié, nous avons nos bons amis les magazines de mode qui nous disent comment nous habiller, quels groupes écouter et quoi lire pour s’en sortir et être «à la mode». Cette année c’est l’année du rose et des mules à lacet les filles, alors hop là, on renouvelle toute sa garde robe et on se juche sur des chaussures qui font mal aux chevilles et qui font une démarche d’handicapée, c’est la mode qui l’a dicté ! Et faites pas chier la mode, le dictateur de notre ère, sinon vous pourriez bien vous retrouver avec un titre de loser. Et vous n’avez pas envie d’être un loser hein ? Un original qui ne vit pas selon des standards prédéfinis, qui lit des livres écrits par des gens intelligents et talentueux, qui n’aime pas la télé réalité, croit pas tout ce qui est écrit dans les journaux… Le genre de personnage que les nanas décérébrées qui passent des heures dans boutiques de fringue de mode, lunettes de soleil sur le nez (des fois qu’un rayon de soleil réussisse à s’introduire dans le centre commercial) ne comprendront jamais, et regarderont avec dédain. Allons, qui a envie d’être comme ça dans un monde comme le notre, ou le paraître est devenu si important, qu’il a même totalement supplanté l’être. Un monde ou il est mieux vu d’être habillé à la mode que d’être soi-même, où il est préférable de lire un article de Cosmo à un recueil de Nietzche, pour être bien vu… Un monde dont je ne veux clairement pas faire partie. Et vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthur Blainn
Archdaemon
avatar

Nombre de messages : 223
Localisation : L'île aux enfants chez Casimir!
Date d'inscription : 30/09/2005

MessageSujet: Re: 21ème siècle, un monde d'avenir ?   Lun 3 Oct - 0:21

Bon sang!!! On peut dire que quand tu poste un sujet, tu fais pas semblant!
Tu avais visiblement beaucoup de vérités à dire et je trouve bien que tu n'ai pas peur de t'exprimer avec le franc parler que je te connais (même si j'ai dû relire trois fois ton sujet car il est vachement long malgré tout!)
Bon, quoi qu'il en soit, je suis d'accord avec pas mal de choses qui sont ditent dans ce poste. Je suis d'accord sur le fait que nous vivons tous dans un monde chaotique, que le 21ème siècle n'offre aucun avenir pour nous.
Le problème, c'est que pour échapper à ce monde de dingue il faudrait soit être un hermite et vivre dans la solitude absolu, soit être mort comme tu l'as si bien dit! Hors, ni l'un ni l'autre ne me tente!
De plus, j'ai quand même réussi l'exploit de rencontrer des gens biens (dont tu fais parti) malgré le fait que nous soyons entouré de cons et d'irresponsables! Moi, j'applique la politique du "moi et mes proches d'abord et le reste peut crever"! Je sais que ça peut paraître très égoïste au premier abord mais c'est pourtant la seule ligne de conduite possible à adopter face à tout ce beau merdier qu'est l'humanité!
Certains continuerons à prétendre qu'il faut sauver le monde, mais quand j'ouvre les yeux je m'aperçois que le monde est déjà mort (ou tout du moins sa conscience)! Je ne vais donc pas gaspiller ma vie à me battre pour des gens qui ne le méritent pas! je vais au contraire profiter de la vie et des quelques plaisirs rares qu'elle m'offre...
c'est la seule chose raisonnable que je puisse faire avant de mourir!
Pour ce qui est de la gloire et de la reconnaissance, moi je n'attend rien de ce côté-là car je sais qui je suis et ce que je vaut! Certes, c'est toujours agréable pour l'égo d'être reconnu, c'est valorisant! Je suis le premier à reconnaitre ça. Mais si il fallait choisir, je préfere être glorifier dans l'ombre toute ma vie par mes amis qui me connaissent depuis toujours plutôt que par 8 millions de téléspectateurs anonymes pendant un mois...
Chacun ses valeurs, comme on dit!

Oui, j'ai un côté éllitiste et je l'assume pleinement! king

_________________
"L'enfer est tout entier dans ce mot : solitude."
- Victor HUGO -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lord GreaTed
Paladin Infernal
avatar

Nombre de messages : 125
Age : 35
Localisation : près de Tours
Date d'inscription : 30/09/2005

MessageSujet: Re: 21ème siècle, un monde d'avenir ?   Lun 3 Oct - 0:30

Si un jour je devais sauter d'un immeuble, ce ne serait pas pour être vu de tous une fois arrivé en bas, mais plutôt pour m'être dit au moins une fois que je volais... Question de point de vue.

PS : ca fait bizarre de lire ce sujet avec, en haut à droite, des pubs très "viendez acheter !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fr.myspace.com/greated
Feel
Damné
avatar

Nombre de messages : 19
Localisation : Paris
Date d'inscription : 02/10/2005

MessageSujet: Re: 21ème siècle, un monde d'avenir ?   Lun 3 Oct - 0:38

Content que mon sujet plaise...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthur Blainn
Archdaemon
avatar

Nombre de messages : 223
Localisation : L'île aux enfants chez Casimir!
Date d'inscription : 30/09/2005

MessageSujet: Re: 21ème siècle, un monde d'avenir ?   Lun 3 Oct - 1:11

Ton sujet a le mérite de toucher pas mal de gens car il reflete un malaise que beaucoup voudrait exprimer! Du moins c'est ce que je pense....

_________________
"L'enfer est tout entier dans ce mot : solitude."
- Victor HUGO -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ortaff
Légat des enfers
avatar

Nombre de messages : 41
Age : 36
Localisation : Versailles
Date d'inscription : 29/09/2005

MessageSujet: Re: 21ème siècle, un monde d'avenir ?   Lun 3 Oct - 10:30

Voici éventuellement une solution alternative - que je refuse personnelement de mettre en pratique soit dit en passant :

Je pars d'un postulat, peut être faux, mais auquel je crois : l'Homme possède originellement une très forte capacité d'adaptation et a depuis toujours adapté son environnement à ses besoins - à ma connaissance une des rares espèces à faire cela. Alors pourquoi ne pas perpétuer cette vieille tradition ?

Nous vivons dans une société où le paraître, l'argent, la célébrité et toutes les conneries associées, contraires à l'ordre animal, sont prédominantes. Là, je m'adresse à vous, marginaux du monde entier : révoltez vous et rentrez dans le moule. Mettez un joli costard, faîtes vous recruter dans une belle société anonyme (est ce toujours une S.A. ou une S.E.A : société à employés anonymes). De préférence, cherchez davantage à vous faire recruter par un Chasseur de tête, cela ne vous donnera que plus de crédit et vous pourrez dès lors devenir arrogant envers votre patron : c'est LUI qui VOUS veut . Une fois embauché, utilisez tout les moyens possible et inimaginable pour réussir :
- soyez une ordure avec une minorité de vos subalterne, et une crème avec les autres : ce faisant, les dénigrés le seront d'autant plus !!! vous êtes si gentils, ce doit être de leur faute si vous ne les aimez pas ! Vous aurez du caractère et on découvrira en vous une personne digne de confiance qui sait évaluer la performance d'autrui, un être juste et droit !
- Faîtes vous syndiquer puis élir délégué ou autre chose dans le genre :> vous pourrez dès lors profiter de plein d'avantages non négligeables : jusqu'à 40h d'absences sans avoir à vous justifier, impossible de vous faire virer sans un damné motif vraiment valable, taper dans la caisse du C.E. ect ect ...
- Montez les échellons le plus rapidement possible : vous gagnerez d'autant plus d'argent, tout en travaillant moins (enfin, faîtes pas comme moi, j'ai "choisi" la solution inverse, c'est très con !)

Après ces quelques années de "labeur", où vous aurez volontairement négligé vos aspirations d'antant et tout ce en quoi vous croyiez, vous aurez enfin acquis ce droit inaliénable des riches : l'excentricité !!!

Qu'est ce que "l'excentricité" ?? C'est tout simplement ce que vous, marginaux d'aujourd'hui, êtes, mais avec du fric, plein de fric ! Un marginal se fait cracher dessus parce qu'il s'habille comme une merde; un excentrique, en s'habillant de même sera le précurseur de la prochaine mode. Pour l'exemple, regardez ces jeans vendus pré-délavés ou ces chemises déjà froissées : C'EST LA MODE MES ENFANTS !

Voici donc ma solution alternative : rentrez dans le moule, engrangez le maximum de crédit et redevenez le même qu'avant, mais sous l'étiquette d'excentrique ! Tout vous sera permis, rien ne vous sera reproché : VOUS ETES RICHE ET VOUS POUVEZ VOUS LE PAYER !!! Libre à vous de quitter cette civilisation que vous qualifiiez de merde, vous pouvez vous payer le luxe d'aller vivre en ermitte, dans une cabane pourrie au fond des bois en bouffant des groseilles, DESORMAIS, C'EST PERMIS !!!

Enfin, à vous de voir si vous pouvez jeter vos idéaux à la poubelle pendant quelques années Wink

_________________
"Mejor es morir en el vino que vivir en el agua" Quevedo
"Better to reign in hell than serve in heav'n" Milton
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Feel
Damné
avatar

Nombre de messages : 19
Localisation : Paris
Date d'inscription : 02/10/2005

MessageSujet: Re: 21ème siècle, un monde d'avenir ?   Lun 3 Oct - 13:34

No fucking way
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthur Blainn
Archdaemon
avatar

Nombre de messages : 223
Localisation : L'île aux enfants chez Casimir!
Date d'inscription : 30/09/2005

MessageSujet: Re: 21ème siècle, un monde d'avenir ?   Lun 3 Oct - 21:49

Ortaff, ta solution est osée et très fourbe (c'est digne des grands scénarios d'infiltration ou d'espionnage, donc j'avoue que cela me séduit un peu) mais elle comporte un risque non négligeable :
A vouloir jouer ce rôle trop longtemps on risque de trop rentrer dans la peau du personnage et de se perdre dans celui!
On risquerait de devenir peu à peu exactement comme ceux que nous "combattons" sans nous en rendre compte...

Avoue que ce serait dommage!

_________________
"L'enfer est tout entier dans ce mot : solitude."
- Victor HUGO -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arkhenemy
Eminence noire
avatar

Nombre de messages : 601
Age : 43
Localisation : Ile de France
Date d'inscription : 20/09/2005

MessageSujet: Re: 21ème siècle, un monde d'avenir ?   Lun 3 Oct - 23:35

Ce que la société dans son ensemble n'a pas compris c'est que le XXIe siècle sera celui de la machine, dominant l'homme esclave. Le XXIe sera celui des sous-hommes dépassés par la Technicité, ce que Heidegger avait compris, seul le surhomme conservera sa liberté car il possède le VERBE CREATEUR qui donne SENS à son univers objectif et subjectif, et le VERBE ne se marchande pas, ne se mécanise pas, il est la seule transcendance que le bourgeois ne comprend pas et ne veut pas voir car il est une menace à son confort d'esclave. Le bourgeois croit être un sur-homme car il sur-possède par rapport à la masse, pourtant il est lui aussi esclave du même veau d'or vide de sens (mais plein de confort). Le véritable surhomme est celui qui dépasse par sa métaphysique la condition humaine antérieure, celle de l'esclave et sa morale nihiliste.

_________________
La « liberté d'expression » m'intéresse assez peu s'il s'agit de la liberté des vaches de regarder passer les trains en ruminant, juste avant l'abattage..
Maurice G. Dantec
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://darkincorporated.forumactif.fr
Duckula
Daemon minor
avatar

Nombre de messages : 42
Localisation : Nord de la France
Date d'inscription : 07/10/2005

MessageSujet: Re: 21ème siècle, un monde d'avenir ?   Sam 8 Oct - 4:03

@Feel :

Citation :
Le besoin d’exister est tel qu’aujourd’hui, les gens préfèrent se suicider en se jetant sur les rails du RER que tout seuls chez eux, influant de la sorte sur la vie de tous les passagers du train qui vient de leur passer dessus… Ca leur donne l’impression d’exister, alors qu’ils viennent juste de quitter l’existence. Paradoxe terriblement humain que celui d’être prêt à renoncer à la vie pour lui donner un sens. Et puis la mort devrait être, à l’instar d’une naissance, un moment d’extrême intimité, une chose qui ne se partage pas. L’idée alors de partir de façon aussi grotesque qu’en se jetant sous un train ou du haut d’une tour retire tout honneur à la vie vécue, à tel point que c’en est presque malsain. Alors bien sûr, certains vous diront que c’est le mal actuel, que les gens se suicident parce qu’ils ne se sentent pas aimés… Mais alors, pourquoi ne pas faire ça seuls, dans l’intimité, en respect avec soi-même, plutôt qu’aux yeux d’un monde qui n’a auparavant prêté aucune importance à ces personnes blessées d’être trop quelconques ? Pourquoi ne pas se faire remarquer de son vivant ? Est-il si compliqué de vivre en société alors que c’est ce que nos gènes nous poussent inexorablement à accomplir ?

C’est une projection un peu grossière d’une vision propre de l’acte volontaire de fin de vie non ? Il y’a aussi la possibilité que la manière usitée pour le suicide soit un reflet de la névrose ayant poussée l’auteur à ce geste mais aussi de son regard sur son futur moi mort. Un être ayant à cœur de conserver un certain respect de l’esthétisme de son cadavre préfèrera un le tailladage des veines plutôt que le passage d’un train ou le revolver sur la tempe. Une personnalité attachée à un départ paisible conscient et sans douleur préfèreras le poison au lancer d’automobile contre un pilier de pont.

Citation :
Et puis, on nous dit que le suicide est un appel à l’aide… C’est d’un ridicule… Quelle aide peut-on vous apporter lorsque vous pendez à une corde depuis plusieurs heures, toute vie ayant quitté votre corps ?

La tentative de suicide plutôt

Citation :
N’oublions pas que nous ne sommes pas maîtres de notre naissance ou de notre vie, alors pourquoi chercher à être maîtres de notre mort ?

Il ne s’agit pas nécessairement d’une maîtrise de la conclusion de notre existence mais d’un acte rapportable au supportable et à l’insupportable.

@Arthur Blain :

Citation :
Bon sang!!! On peut dire que quand tu poste un sujet, tu fais pas semblant!
Tu avais visiblement beaucoup de vérités à dire et je trouve bien que tu n'ai pas peur de t'exprimer avec le franc parler que je te connais (même si j'ai dû relire trois fois ton sujet car il est vachement long malgré tout!)

Question Question Surtout sur un forum comportant une dizaine de membres et dont les statistiques de consultation sont à mon humble avis bien modestes
Je le dis sans condescendance ou raillement facile mais restons réalistes tout de même Wink

Citation :
Le problème, c'est que pour échapper à ce monde de dingue

Citation :
Oui, j'ai un côté éllitiste et je l'assume pleinement!

Ce « monde de dingue » que tu évoques est un magma grouillant dont ces propos précis sont des bouillonnements. Echantillons éphémères et funestes sacralisant dans le cynisme joyeux un nihilisme sélectif non pas élitiste mais banalement de convenance, nos sociétés occidentales se morcelant en sous-microcosmes fermés au monde. Bref le pendant direct d’une société de bunkerisation sociétal, intellectuel et physique.

@Lord Greated :

Citation :
PS : ca fait bizarre de lire ce sujet avec, en haut à droite, des pubs très "viendez acheter !"

Post scriptum très juste. Pour ce qui est de ton rêve d’Icare le deltaplane serait plus approprié mais couteux et le dressage de chauve-souris envisageable, bien que fastidieux et incertain What a Face

@Ravensorg

Citation :
seul le surhomme conservera sa liberté car il possède le VERBE CREATEUR qui donne SENS à son univers objectif et subjectif, et le VERBE ne se marchande pas, ne se mécanise pas, il est la seule transcendance que le bourgeois ne comprend pas et ne veut pas voir car il est une menace à son confort d'esclave. Le bourgeois croit être un sur-homme car il sur-possède par rapport à la masse, pourtant il est lui aussi esclave du même veau d'or vide de sens (mais plein de confort). Le véritable surhomme est celui qui dépasse par sa métaphysique la condition humaine antérieure, celle de l'esclave et sa morale nihiliste.
Le verbe se marchande et se mécanise lorsqu’il devient outil de domestication que cela soit d’une masse ou d’un groupe d’esprits, il prends l’habit avilissant et manipulateur de l’objet marchand. Le surhomme croit être surhomme mais n’est que l’esclave de son propre verbiage sans lequel il ne pourra, selon ses desseins, ni dépasser sa condition, ni même s’en faire, dans un accès utopique et introspectif, l’anthropologue vengeur. Le verbe est un outil du sentiment est non une panacée, car dans ce cas selon les dialectes il instaurerait une échelle de la préhension des choses humaines.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Feel
Damné
avatar

Nombre de messages : 19
Localisation : Paris
Date d'inscription : 02/10/2005

MessageSujet: Re: 21ème siècle, un monde d'avenir ?   Sam 8 Oct - 10:43

Citation :
C’est une projection un peu grossière d’une vision propre de l’acte volontaire de fin de vie non ? Il y’a aussi la possibilité que la manière usitée pour le suicide soit un reflet de la névrose ayant poussée l’auteur à ce geste mais aussi de son regard sur son futur moi mort. Un être ayant à cœur de conserver un certain respect de l’esthétisme de son cadavre préfèrera un le tailladage des veines plutôt que le passage d’un train ou le revolver sur la tempe. Une personnalité attachée à un départ paisible conscient et sans douleur préfèreras le poison au lancer d’automobile contre un pilier de pont.
Nan mais de toutes façons, projection grossière (et volontaire, car tu touches difficilement sans choquer) ou pas, le suicide est une preuve de faiblesse dans une grande majorité des cas. je m'explique.
La petite "goth" de 15 ans qui en a marre de la vie et qui s'avale un tube de cachetons sans chercher à voir plus loin, elle est faible. Le gars qui est paralysé, cloué sur un lit depuis 2 ans et qui souffre comme un chien, s'il demande à ce qu'on arrête tout, c'est pas de la faiblesse, car quoi qu'il arrive, il n'ira jamais mieux.
Vouloir mettre fin à ses jours hors d'un cas extrême n'est qu'un caprice, une façon de dire "Eh, regardez-moi ! Et maintenant c'est trop tard pour vous !" Comment peut-on partir en laissant une famille aimante alors qu'on a juste des problemes de couple ou des soucis à l'école ?
Non je suis désolé, mais le suicide est une forme de faiblesse. Je le sais car j'y ai songé quand j'étais plus jeune. et je me suis implement dit que si j'en étais à vouloir mourrir, c'est que je ne pouvais pas aller plus mal et donc forcément mieux. Et à partir de ça, j'ai remonté la pente.

Quand au supportable et à l'insupportable, je suis d'accord pour dire qu'il est différent chez tout le monde. Ce qu'une personne peut encaisser, en poussera probablement une autre au suicide...

Quand au fait que je poste un message super long dans un forum de 10 membres, tu m'excuseras mais je ne vois pas pourquoi je devrais attendre que plus de monde soit la. Je n'utilise pas de grandes phrases, je ne cherche pas l'audience pour m'exprimer, mon message est clair et il touche. Et 10 ou 2000 membres, c'est pas un problème.
Quand à un forum qui débute avec 200memebres le premier jour, je sais pas ou t'as vu ça.
Laisse lui donc le temps et va te présenter en attendant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lord GreaTed
Paladin Infernal
avatar

Nombre de messages : 125
Age : 35
Localisation : près de Tours
Date d'inscription : 30/09/2005

MessageSujet: Re: 21ème siècle, un monde d'avenir ?   Sam 8 Oct - 12:16

Citation :
Pour ce qui est de ton rêve d’Icare le deltaplane serait plus approprié mais couteux et le dressage de chauve-souris envisageable, bien que fastidieux et incertain

Dans "rêve d'Icare", il y a "rêve". Sauter du haut d'un immeuble pour l'atteindre est juste une ultime tentative pour l'atteindre. Je dis bien tentative : je ne pourrais pas voler bien loin ! Smile
Quant aux solutions alternatives, dans tous les cas elles font appel à une forme de dépendance... ce qui nous éloigne de l'origine du fameux rêve d'Icare : l'aspiration à la liberté absolue (oui, je sais dans la légende, c'était pas vraiment l'objectif d'Icare, mais pour les Hommes, si).

Trêve de bavardages, je m'éloigne du sujet originel. La parenthèse est close.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fr.myspace.com/greated
Arthur Blainn
Archdaemon
avatar

Nombre de messages : 223
Localisation : L'île aux enfants chez Casimir!
Date d'inscription : 30/09/2005

MessageSujet: Re: 21ème siècle, un monde d'avenir ?   Sam 8 Oct - 14:21

Citation :
Surtout sur un forum comportant une dizaine de membres et dont les statistiques de consultation sont à mon humble avis bien modestes
Je le dis sans condescendance ou raillement facile mais restons réalistes tout de même



Duckula, la remarque que j'ai fait à feel à propos de son sujet était un trait d'humour ou un clin d'oeil, et il n'a pas à être interprêté autrement!
Il est évident que lorsqu'on poste un sujet le nombre de participants au forum n'entre pas en compte.
Il est clair aussi que nous (Ravensorg et moi) n'accordons pas d'importance à la longueur d'un sujet mais plutôt à sa qualité!

Bien sûr que les "statistiques de consultations" sont modestes car nous venons à peine de débuter, mais je trouve que pour un commencement une dizaine de membre c'est déjà très bien! Pour ma part, je préfére que le forum fonctionne avec 10 membres de qualité plutôt qu'avec 1 000 abrutis qui sont là juste pour occuper l'espace (je dis ça de manière général en ne visant personne)!

Bon, après cette petite mis au point, revenons au sujet posté plus haut!

Ravensorg, je me suis permis de parler en ton nom mais je pense pouvoir dire sans me tromper que tu aurais approuver ma réponse, d'avance merci pour ta comprehension...

_________________
"L'enfer est tout entier dans ce mot : solitude."
- Victor HUGO -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arkhenemy
Eminence noire
avatar

Nombre de messages : 601
Age : 43
Localisation : Ile de France
Date d'inscription : 20/09/2005

MessageSujet: Re: 21ème siècle, un monde d'avenir ?   Sam 8 Oct - 15:58

@Duckula
Citation :
Le verbe se marchande et se mécanise lorsqu’il devient outil de domestication que cela soit d’une masse ou d’un groupe d’esprits, il prends l’habit avilissant et manipulateur de l’objet marchand. Le surhomme croit être surhomme mais n’est que l’esclave de son propre verbiage sans lequel il ne pourra, selon ses desseins, ni dépasser sa condition, ni même s’en faire, dans un accès utopique et introspectif, l’anthropologue vengeur. Le verbe est un outil du sentiment est non une panacée, car dans ce cas selon les dialectes il instaurerait une échelle de la préhension des choses humaines.

Je pense qu'il y a confusion peut-etre sur le sens de "verbe", j'entendais par verbe, le logos. De plus, il ne faut pas confondre idéologie avec métaphysique.

_________________
La « liberté d'expression » m'intéresse assez peu s'il s'agit de la liberté des vaches de regarder passer les trains en ruminant, juste avant l'abattage..
Maurice G. Dantec
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://darkincorporated.forumactif.fr
Duckula
Daemon minor
avatar

Nombre de messages : 42
Localisation : Nord de la France
Date d'inscription : 07/10/2005

MessageSujet: Re: 21ème siècle, un monde d'avenir ?   Sam 8 Oct - 18:53

@Feel : si telle est ta lecture du suicide dans ce cas je te rejoins dans ce qu’il a de déroutant par l’état d’esprit souvent versatile que peuvent avoir les auteurs d’un tel acte dont objectivement (quoique l’objectivité se rapportant souvent au conscient personnel) la justification est fluette. Néanmoins pour s’en tenir à l’exemple de « la petite goth de 15 ans », les violences auto-mutilatoires ou tentatives de suicide volontairement ratées sont l’expression ultime d’un affect torturé auquel l’environnement direct ou indirect n’apporte soit aucune réponse, soit un aveuglement du bonheur apparent confortable et honteusement paresseux, soit une réponse sceptique et inappropriée.

Je ne suis qu’âgé de 25 ans et n’ai jamais de ma vie, même durant mon adolescence, songé à mettre fin à mes jours, jusqu’à ce qu’il y’a six mois. Aucune tentative, aucune démarche préparatoire, pourtant l’idée taraude mon esprit dans des instants où la peur, lié au fait de perdre celle que j'aime, m'envahit. Car lorsque je fais une projection de vie dénuée de cet « élément » magique qui la magnifie et bien l’existence et l’univers environnant me paraissent comme vidés de toute matière. Je n’aurais à aucun moment jusqu’à cette période eu de telles visions et si autrui m’en avait fait part j’aurais eu tôt fait de lui dire combien je trouvais cette solution inutile et emplie de facilité. Mon opinion est autre désormais…

@Feel et Arthur Blainn : Pour revenir à ma remarque elle n’avait, je le précise encore, rien de vexatoire. Je constatais juste qu’un discours qu’il soit vibrant ou plat, long ou court ne peut qu’être considéré comme engagé et dérangeant s’il ne se fait face à un auditoire dont certains acteurs lui apporterons contradiction.

@Lord Greated : le rêve a parfois besoin d’une inspiration et d’outils bassement terrestres ^^ et la chauve-souris en serait un moyen original, esthétique et fiable et et et... qu'est ce que je raconte moi?

Plus sérieusement je faisais de l’humour facile.

@Ravensorg : J'en avais aussi la même lecture mais ne pense que le verbe puisse être instrument unique de vérité? Entre la lecture Platonicienne et Heideggerienne de la chose, mon choix est fait Smile
Quel fut la nature de mon rapport entre idéologie et métaphysique?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arkhenemy
Eminence noire
avatar

Nombre de messages : 601
Age : 43
Localisation : Ile de France
Date d'inscription : 20/09/2005

MessageSujet: Re: 21ème siècle, un monde d'avenir ?   Sam 8 Oct - 20:28

Duckula a écrit:


@Ravensorg : J'en avais aussi la même lecture mais ne pense que le verbe puisse être instrument unique de vérité? Entre la lecture Platonicienne et Heideggerienne de la chose, mon choix est fait Smile
Quel fut la nature de mon rapport entre idéologie et métaphysique?

Et quel est ton choix?...

Ta première phrase correspond à une idéologie (au sens péjoratif), la marchandisation incorpore la croyance que l'objet est nécéssaire, ce qui n'a rien de rationnel. Bien sur dans la métaphysique, il existe aussi une part irrationelle dans le cas d'une quête de l'absolu (ce qui n'est pas mon cas je le précise).

Quant au suicide, il faut différencier "tentative" et "réelle pulsion morbide", comme le faisait remarquer Duckula, la tentative est un appel à l'aide d'une souffrance non-exprimée, souvent une blessure narcissique. Celle-ci peut être fatale durant la période 14-20 ans pour les filles car leur confiance en elle-même est instable.

_________________
La « liberté d'expression » m'intéresse assez peu s'il s'agit de la liberté des vaches de regarder passer les trains en ruminant, juste avant l'abattage..
Maurice G. Dantec
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://darkincorporated.forumactif.fr
Duckula
Daemon minor
avatar

Nombre de messages : 42
Localisation : Nord de la France
Date d'inscription : 07/10/2005

MessageSujet: Re: 21ème siècle, un monde d'avenir ?   Dim 9 Oct - 20:40

Dans l’optique ou le logos n’est qu’outil d’usage illusoire à l’intention d’une individualité ou d’une collectivité d’individus je le classe dans ce qui pourrait s’apparenter à une cause ou conséquence marchande. J’ai bien dis "s’apparenter" car dans l’absolu mon propos présent est un fourvoiement intellectuel (et encore je me jette des fleurs) hasardeux

Je me sens plus proche de la pensée Platonicienne. Si je m’en tiens à son raisonnement (sans aucune extrapolation ou interprétation personnelle car je n’y adhère entièrement, mais y suis tout simplement plus incliné) et à une lecture purement philosophique, Platon voit dans l’usage et la maîtrise du logos une technicité propre à tromper autrui par la maîtrise et la force de la rhétorique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arkhenemy
Eminence noire
avatar

Nombre de messages : 601
Age : 43
Localisation : Ile de France
Date d'inscription : 20/09/2005

MessageSujet: Re: 21ème siècle, un monde d'avenir ?   Jeu 9 Nov - 14:35

Dans le cas de Platon et de sa définition du logos ( Arrow dieu en tant que source) ou bien des néo-platoniciens (aspect de la divinité), je suis d'accord, Mr Ratzinger en a montré un bel exemple dans son discours sur l'islam.

_________________
La « liberté d'expression » m'intéresse assez peu s'il s'agit de la liberté des vaches de regarder passer les trains en ruminant, juste avant l'abattage..
Maurice G. Dantec
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://darkincorporated.forumactif.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 21ème siècle, un monde d'avenir ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
21ème siècle, un monde d'avenir ?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Joconde du 21ème siècle !
» Précis de Littérature du XXIème Siècle - P.Jourde/E.Naulleau
» la systémique nouveau paradigme pour penser et agir au 21 EME siècle
» Scène du Rue du XXIème Siècle.
» Bernard De L'Océan (21ème siècle) Avenir. I

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Darkness Incorporated :: CULTURE GENERALE :: Littérature-
Sauter vers: